Et… Ils font quoi de leur journée ?

C’est une question qui m’a été posée  récemment, alors que j’expliquais que le travail formel nous prend maximum 2 heures par jour, et que non, je ne suis pas ce genre de maman-gentille organisatrice- ultra dynamique et bricoleuse qui a toujours 150 activités nature à proposer.

J’aimerais bien, note.

Mais voilà, je ne suis pas comme ça. Et mes enfants non plus, d’ailleurs. Difficile de capter leur intérêt quand l’idée ne vient pas d’eux. Et tu sais quoi ? Tant mieux. Parce que mon optique, c’est de les amener à s’autonomiser, à puiser en eux l’envie et les ressources pour atteindre leur but. Et, pour commencer, de s’en créer un, de but. A mon avis, si je passais mes journées à leur proposer tout un tas d’activités plus divertissantes les unes que les autres, je les empêcherais de prendre le temps de se poser vraiment la question de ce qu’ils veulent faire.

Enfin, ça, c’est que je me dis pour me donner bonne conscience. Parce qu’en vrai, ça me gonfle, de jouer l’animatrice. J’ai une maison à tenir en ordre, des repas à préparer (si les enfants ne sont pas au lit assez tôt, c’est moi qui suis trop crevée pour gérer), et aussi des trucs à faire pour moi, un peu, quand même.

Du coup, quand les devoirs sont finis, c’est quartier libre.

Evidemment, les activités dépendent des âges.

Mini3 (5 ans à l’heure où j’écris ce billet) passe encore beaucoup de temps à nous suivre et nous imiter. Avec moi, il  prend plaisir à participer aux tâches ménagères – faire les carreaux et la vaisselle, c’est son truc. La cuisine aussi, mais là je le vire, sinon il ne me laisse plus cuisiner comme je l’entends. Quand nous faisons une pause dans le ménage, il adore les jeux de construction : legos, mégablocks, clics, kapla et autres cubes en bois. Et, bien sûr, que je lui raconte des histoires. Avec papa, c’est le potager et le bricolage : il scie, il cloue, et récupère toutes les graines qu’il peut pour essayer de les faire germer.

Avec ses sœurs, il joue beaucoup à la dînette, même si elles sont occupées à autre chose : il cuisine pour elles pendant qu’elles font leurs constructions.

Les filles, elles, passent beaucoup de temps à lire – des romans, des magazines (souvent instructifs : Science et Vie, La Salamandre, Histoire et Arkéo), des BD.

L’activité principale de Mini1, c’est le dessin. Elle y passe des heures, et les deux sœurs passent beaucoup de temps à imaginer des créatures : l’une conçoit, l’autre dessine. Les filles adorent les legos, elles passent des heures à faire, défaire, imaginer et construire des créatures mythologiques.

Les trois enfants passent aussi beaucoup de temps avec leurs appareils photos numériques : ils explorent et expérimentent toutes les possibilités de traitement de l’image. Ils créent aussi des saynètes qu’ils filment ; ils jouent de la musique ; ils jouent « au restaurant » et créent des menus, avec leurs prix. Si nécessaire, ils se fabriquent de l’argent. De temps en temps, ils s’enfermement dans une chambre et teuffent avec la musique à fond. Il leur arrive aussi assez régulièrement de s’installer autour d’un jeu de société, et il m’arrive (moins régulièrement) de les rejoindre.

En bref : ils passent plus de la moitié de leur journée à développer leur imaginaire, librement, sans aucune intervention de ma part.

Je trouve ça fondamental.

A lire :

Grandir Autrement n° 65 : Dossier « Jouer, c’est la liberté »

  • Dont leur bibliographie :
    • Le jeu vous va si bien, Pascal Deru
    • Merci le jeu ! Jouer ensemble, un chemin jusqu’à la joie, Pascal Deru
    • Qui veut jouer avec moi ? Jouer pour mieux communiquer avec nos enfants, Lawrence Cohen
    • Développer le lien parent-enfant par le jeu, Aletha Solter
    • Le Libre Jeu. Réflexion sur l’appropriation de l’activité ludique, Maude Bonenfant
    • Les jeux au Moyen Age, Fabien Müllers et Sylvestre Jonquay
    • Libre pour apprendre, Peter Gray
    • 50 activités nature avec les enfants, Marie Lyne Mangilli Doucé
    • Mille choses à faire avec un bout de bois, Jo Schofield et Fiona Danks
    • Jouons ensemble… autrement, Catherine Dumonteil-Kremer

 

One Comment

  1. Genial! Tout à fait d’accord avec toi, mon système est exactement pareil et sa marche! Idem, mes filles c’est lecture lecture lecture mon fils avec son papa, bricole, fais les courses, joue au voitures ou au blocs avec ses soeurs, et parfois je joue moi aussi avec eux aux jeux de societe. Bref, vive l’autonomie!
    Si les contrôles pouvait nous laisser, on s’en passerait bien.. On peux rêver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour pouvoir laisser un message, merci de résoudre : *