Le CEB de Mini1

Ouf, ça y est, il est derrière nous !

Le plus difficile n’a pas été les épreuves, mais… le côté administratif.

Pour ceux qui s’en souviennent, le service de l’enseignement à domicile était plutôt absent et injoignable, et c’est grâce à la solidarité que j’avais bidouillé mon propre formulaire d’inscription.

Ça aurait pu s’arrêter là, mais…

Le 26 mars : mail à l’inspecteur pour lui demander s’il a été informé de l’inscription de Mini1. Pas de réponse.

Le lundi 29 mai : je téléphone à l’inspecteur, qui me dit n’avoir reçu les listes d’inscrits que le vendredi précédent. Il vérifie, ouf, tout est ok.

Le 8 juin : CEB moins 7 jours, aucune nouvelle, pas de convocation… Mail à l’inspecteur.

Le 12 juin (CEB -3 jours) : l’inspecteur m’appelle pour m’informer de l’école dans laquelle Mini1 pourra passer, sous réserve de discussion avec la directrice. Quant à son numéro d’ordre, nous ne l’apprendrons que le matin même de la première épreuve.

Bien qu’administrativement, ça ait été le foutoir, humainement, c’était au top. L’inspecteur avait choisi une école toute proche de notre domicile, à 5 mn à pieds de chez nous ; Mini1 pouvait donc faire les trajets toute seule. Non seulement la directrice était très chaleureuse et accueillante, manifestant de la curiosité quant à notre choix de pratiquer l’IEF, mais comme nous restions en quartier connu, Mini1 a retrouvé des copines de ses activités « extra-scolaires ».

L’examen s’est donc déroulé dans une salle de classe d’une école. Mini1 a été intégrée aux autres candidats. Sa présence était requise dès 8h15, afin de gérer le flot d’élèves et de commencer les épreuves sereinement à 8h30. En théorie, celles-ci devaient se dérouler jusqu’à midi, mais en pratique, Mini1 avait à chaque fois fini avec 1/2h d’avance minimum. Je lui avais signé une autorisation de sortie pour qu’elle puisse rentrer à la maison directement.

Quant au contenu des épreuves (toutes les archives sont ici)… Il a été abondamment commenté dans les médias. Il paraît que cette session 2017 a été plus dure que les années précédentes, surtout en maths… Mini1 a obtenu 92,7% en français, 95% en éveil, et 97,5% en maths. Et tout ça en travaillant 2h par jour d’octobre à juin…

Deux jours après la fin de l’examen, nous sommes allés chercher le relevé de notes et le diplôme, directement au centre de correction. Il nous a alors été proposé de récupérer aussi les épreuves, ce que bien sûr nous avons accepté.

Allez, dans un an… rebelote pour Mini2 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour pouvoir laisser un message, merci de résoudre : *