Rentrée (non) scolaire

La rentrée de septembre arrive, et avec elle l’effervescence des listes de fournitures.

Et oui, cette année, nous aussi, nous sommes (re)pris dedans. À mon grand dam.

Mini1 a brillamment fini sa 1ère secondaire, malgré le fait qu’elle n’ait repris les cours qu’au mois de mars. Cela lui a d’ailleurs valu les félicitations du conseil de classe. Dans la foulée, je n’ai même pas eu à me poser la question de sa réinscription : elle avait déjà rempli le papier avant de le poser sur mon bureau. J’en déduis donc que, malgré quelques légers désagréments matériels (se lever le matin, s’ennuyer en cours), elle n’est pas si mal dans cette école.

Mini2 a, à son tour, brillamment réussi son CEB, avec une jolie moyenne générale de 94%. Quand je pense que j’ai déjà entendu dire : « mais, le niveau est moins bon, quand on fait l’école à la maison ». Le niveau de quoi ? Pas celui de recracher du savoir préfabriqué, en tout cas.

Elle, elle pourrait rester étudier à la maison. Elle s’entend bien avec son frère – disons qu’elle est plus conciliante que sa sœur – et ne manifeste pas encore le besoin de prendre son indépendance, hormis ses camps estivaux. Elle est travailleuse, autonome et organisée. La laisser apprendre en autodidacte ne pose donc aucun problème.

Seulement voilà. Il y a les jurys. Cette immense inégalité, que dis-je, cette discrimination qu’on impose aux enfants non scolarisés, comme pour les punir de vouloir être hors cadre. À commencer par le CE1D. Mini2 est terrifiée, non pas par cet examen qui ne pose aucune difficulté pour un élève scolarisé, du moment qu’il est correctement accompagné, mais par ses conditions de passation.

Premier obstacle : la distance. Tous les examens se déroulent à Bruxelles. Pour pouvoir se présenter à son examen à 8h30, il nous faudrait partir, compte-tenu de la circulation, vers 6h30. Nous avons la chance d’habiter Namur, qui a une position relativement centrale. Mais pour un apprenant qui habite Libramont ? Arlon ? Alors qu’il serait si simple de le faire passer, comme le CEB, dans une école à proximité du domicile.

Peut-on réellement parler d’égalité des chances quand on impose à un jeune en pleine croissance (et en plein désordre de production de mélatonine) de se soumettre à de tels temps de trajet et à de tels horaires pour passer un examen qui lui vaudra une rescolarisation forcée s’il échoue ? De là à avoir l’impression qu’on les pousse à échouer… Je ne vous parle même pas du CE2D, qui n’est même pas obligatoire pour les jeunes scolarisés… Mais qui l’est pour les non sco.

Deuxième obstacle : le programme. Et non, contrairement aux apparences, ce n’est pas le même qu’à l’école. Enfin, si, depuis peu, mais uniquement en maths-français-langues (et encore, je ne suis pas sûre pour cette dernière matière. Ceux qui savent peuvent m’apporter leur précision). Pour l’histoire et la géo… Improvise. Impossible de trouver un programme officiel. Même les cours de l’EAD ne correspondent pas à la réalité des jurys.

Troisième obstacle : quand les examens sont déplacés la veille… Mais que tu ne le sais que parce que tu vas voir sur le site des jurys. T’as raté l’info parce que t’avais une panne de connexion ? Tant pis pour toi, t’as foiré, retourne à l’école. Elle est belle, la liberté de choix.

Tout ça cumulé… Mini2 a choisi de retourner à l’école pour ses secondaires.

Heureusement, elle a un projet. Heureusement, elle a déjà une assez bonne idée de ce vers quoi elle veut se diriger professionnellement, et nous avons donc choisi son école en fonction de son souhait d’option, à partir de la 3e.

Mais mon cœur de maman se serre… Surtout après mon expérience de prof de français… Ha, je ne t’ai pas raconté, ça ? Ce sera pour une prochaine fois…

En attendant d’être débarrassé la rentrée de ses sœurs, Mini3, du haut de ses 6 ans, a aussi un projet très arrêté : « Et de un, j’irai jamais à l’école ! Et de deux, j’irai jamais à l’école ! C’est clair ?! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour pouvoir laisser un message, merci de résoudre : *